jeudi 1 avril 2010

Michaël Fabre: «J'accepterais l'invitation de l'Algérie avec plaisir»

Deux mois de la Coupe du monde, Michaël Fabre, le gardien du Clermont Foot, en Ligue2, revendique une place en équipe d'Algérie. Né d'un père algérien, l'un des meilleurs gardiens de Ligue2, champion du monde des moins de 17 ans en 2001 avec l'équipe de France, se verrait bien faire le voyage en Afrique du Sud...

Pensez vous avoir une chance de jouer la Coupe du monde avec les Fennecs?

Oui. Depuis que je sais que le sélectionneur, Rabah Saâdane, s'intéresse à moi, j'espère être convoqué. Ça fait pas mal de temps que je suis prêt à jouer pour l'Algérie, je peux relever le défi de la Coupe du monde... Si le sélectionneur juge que je peux apporter un plus à la sélection, alors j'accepterais l'invitation de l'Algérie avec plaisir.

Vous sentez-vous algérien?

Bien sûr que je me sens algérien! Avec mon père algérien et ma mère française, j'ai été bercé depuis tout petit dans les deux cultures. J'ai beaucoup de famille algérienne, que ce soit là-bas ou dans le Var. Après, certaines personnes accrochent à cause de mon nom. Je porte celui de ma mère uniquement car mes parents n'ont pas pu se marier. Mon père s'appelle Belkacem Mohamed. Quand on a un père algérien, heureusement qu'on se sent algérien.

Vous avez porté le maillot de la France chez les jeunes, ça ne vous fait pas bizarre de vouloir jouer pour un autre pays?

Hassan Yebda et Mourad Meghni, deux joueurs avec qui j'ai gagné les championnats du monde des moins de 17 ans en 2001, jouent désormais avec les Fennecs et ils m'en ont dit le plus grand bien. Et puis je connais pas mal d'autres joueurs dans l'équipe, je n'ai aucune inquiétude particulière.

Ce n'est pas de l'opportunisme de vouloir jouer pour l'Algérie juste avant la coupe du monde?

Ça fait très longtemps que j'y pense. Depuis que j'ai 19 ans et que je côtoyais des joueurs comme Nadir Belhadj ou Mansour Boutabout. Mais à l'époque je n'étais pas titulaire à Sedan et je trouvais déplacé de réclamer une sélection sans ce statut, que j'ai désormais au Clermont Foot. En plus, je profite du changement de loi, qui obligeait les joueurs à double-nationalité à faire un choix à 21 ans. Maintenant, il n'y a plus de restriction d'âge si on n'a pas encore joué avec les sélections A. Comme je n'ai jamais joué avec l'équipe de France A, je peux désormais postuler en équipe d'Algérie.

Propos recueillis par Bertrand Volpilhac ( In 20 Minutes)