jeudi 15 avril 2010

Pourquoi l'Algérie peut créer la surprise au Mondial ?

Et si l'Algérie passait le premier tour comme en 1982, et créait la surprise ? 


Les trois derniers matches disputés par les hommes de Rabah Saâdane se sont soldés par autant de défaites. Pire, les Algériens n'ont pas réussi à trouver le chemin des filets une seule fois et ont encaissé huit buts. Un bilan inquiétant à deux mois de la Coupe du Monde, mais Chronofoot a trouvé des motifs d'espoirs pour les supporteurs algériens à l'approche du Mondial.


Une condition physique particulière : La plupart des joueurs algériens jouent très peu dans leur club. Seulement deux joueurs de l'équipe-type (Matmour et Ghezzal) ont disputé plus de 20 rencontres cette saison. De plus, même quand ils jouent, il ne sont pas forcément titulaires : Ziani 10 matches, 5 titularisations (Wolfsburg), Halliche 14 matches, 9 titularisations (National Madère), Mansouri (Lorient) le capitaine n'a été aligné d'entré que 8 fois sur 18. Bien trop peu.


Les joueurs risquent donc d'être à court de forme, mais pas épuisés. Avec une préparation spécifique, les hommes de Saâdane pourraient être plus frais que les autres en début de compétition. C'est en tout cas ce que pense Fabrice Bryand, l'ancien médecin du FC Nantes, dans L'Equipe : "Il va leur manquer l'intensité qu'apporte la compétition. Un joueur de haut niveau qui s'arrête quinze jours est déconditionné et il lui faut 8 à 10 semaines pour revenir. Dans le cas de l'Algérie, ça va être juste, mais c'est jouable. Ils auront l'avantage de la fraîcheur lors des premiers matches." Idéal pour passer le premier tour.


Des joueurs revanchards et des petits nouveaux : L'équipe nationale est une bouffée d'oxygène pour certains joueurs peu utilisés cette saison, ou qui ont connu une année difficile. Hassan Yebda, milieu de terrain à Portsmouth, explique que lui, Karim Ziani, et d'autres, auront très faim durant ce Mondial : "Pour Karim, la sélection, c'est une source de revanche. Avec l'Algérie, lui et d'autres ont la dalle".  
Saâdane compte s'appuyer sur l'ossature qui a arraché la qualification face à l'Egypte au terme d'un match de barrage titanesque : "Je n'oublie pas ce qu'ils ont fait pour la sélection. Il seront dans la liste."  Néanmoins, il prospecte tout de même en France : "On est en train de suivre Habib Belaïd de Boulogne. On est aussi sur Foued Kadir de Valenciennes, Ryad Boudebouz de Sochaux ou encore Sofiane Feghouli de Grenoble. Ces trois joueurs nous intéressent beaucoup. Ils sont sur notre liste pour la Coupe du monde". L'arrivée de ces nouvelles têtes pourrait permettre une certaine concurrence entre les joueurs durant le tournoi.


L'exemple de la Grèce en 2004 et de l'Algérie en 1982 : Pour son troisième Mondial, les Algériens voudront enfin passer le premier tour, après deux échecs en 1982 et 1986. Pour cela, ils pourront prendre exemple sur la Grèce lors de l'Euro 2004. Les joueurs d'Otto Rehhagel avaient créé la surprise alors que la plupart de ses joueurs n'avaient pas joué de la saison. Un détail qui n'échappe pas à Rafik Saïfi : "Quand ils gagnent l'Euro 2004, ils sont arrivés physiquement au top. Donc tout est possible". Si une victoire finale semble bien présomptueuse, passer les phases de poule est tout à fait possible. Hormis l'Angleterre, les Etats-Unis et la Slovénie seront des adversaires à la portée des hommes de Saâdane.


In Chronofoot