mardi 1 juin 2010

Hasan Yebda :« Tout donner......... »


Orly Sud. Bientôt midi. Les Fennecs se sont donné rendez-vous ici, avant le départ pour l’Allemagne et un dernier stage de préparation en vue du Mondial. Un par un, les joueurs de la sélection algérienne débarquent. Les yeux écarquillés, le sourire gravé à jamais. Malgré leur costard gris flambant neuf, les Verts attirent la foule. « Une photo, s’il te plait, mon frère ! » Tout le monde s’y colle. Petits, grands, pères, mères… Même les agents de police. Hier, Roissy-en-France offrait un dernier grand geste de soutien aux DZ. Simple et spontané. Au milieu de cette douce cohue, le milieu de terrain de Benfica Hassen Yebda libère – pour une fois – son marquage. Aujourd’hui, c’est le « Tank »  qui est bombardé… par les flashs et les « Bon courage ! »
Hassen, comment vous sentez-vous à quelques jours du Mondial ?On se sent bien. On s’est bien préparés, avec un très bon stage en Suisse. On était en altitude ce qui va nous permettre d’être en forme. On va partir en Afrique du Sud avec l’envie de faire quelque chose de bien.

Quel a été le ressenti après la défaite face à l’Irlande (0-3) ?On reste conquérants. On a trois matches à jouer lors de la Coupe du monde. On va essayer de remporter les trois et de les aborder un par un.  
Etes-vous inquiets après ce revers ?Je ne suis vraiment pas inquiet. Il y avait de nouveaux joueurs (Mesbah, Guedioura, Boudebouz, Bellaïd, M’Bolhi, Kadir fêtaient leur première sélection). Certains n’avaient pas joué depuis longtemps. Au contraire, ça nous a appris beaucoup de choses. De voir, par exemple, que sur les coups de pieds arrêtés on devait rectifier certaines choses. On travaillera ça lors du stage à Nuremberg en Allemagne. 

Vous êtes un proche de Mourad Meghni. Comment avez-vous vécu son forfait ?Je le connais depuis que j’ai dix ans. C’est comme mon frère. J’ai été très déçu et très touché d’apprendre qu’il ne viendrait pas avec nous. C’est la vie… On va devoir faire avec mais je pense que c’est une source de motivation pour l’équipe. On va tout donner pour lui. 

On a vu les larmes de Rabah Saadâne lorsqu’il a annoncé le forfait de Meghni. Il a vraiment un côté paternel…C’est aussi ce qui nous donne envie de nous transcender. On sait que c’est un entraîneur qui nous aime beaucoup, qui nous tient dans son cœur. Rien que pour ça on va essayer de lui rendre la pareille.

Quelle équipe vous fait la plus forte impression avant ce Mondial ?L’Angleterre a une super équipe… Et l’Espagne, aussi.

Vous étiez prêté à Portsmouth ces six derniers mois. Vous en avez parlé avec vos coéquipiers ?On s’est pas mal chambrés avec le gardien de but David James qui est international anglais. J’espère que quand on jouera contre eux je vais lui en mettre un ! (rires) Comme ça on pourra le chambrer encore plus.  

Votre situation avec Benfica est assez floue. Comptez-vous sur cette Coupe du monde pour y voir plus clair ?C’est vrai que c’est… flou, avec Benfica. Mais je vais avant tout à ce Mondial pour faire un bon parcours avec l’Algérie. C’est ça le plus important et si ça se passe bien, beaucoup de choses pourront venir à moi…

Votre envie est-elle de poursuivre avec les Lisboètes ?Je ne sais pas encore. Si Rui Costa répond à son téléphone, peut être que je resterai…

Et comment sentez-vous le Portugal ? Un pays que vous connaissez bien…Ils possèdent de très bons joueurs. Individuellement, ils sont au-dessus mais le collectif a un problème.

Vous êtes un grand adepte des coupes de cheveux originales. Vous nous réservez quoi pour le Mondial ?Une petite surprise. Les gens verront, lors du premier match. Ca sera un bon petit souvenir pour les gens de Benfica.  In Football365