lundi 14 juin 2010

Mondial 2010: Algérie-Slovénie (0-1) : loin de la physionomie du match

La défaite de la sélection algérienne face à la Slovénie (0-1) ne reflète pas la physionomie de la rencontre, disputée dimanche même si les capés de Saâdane ne doivent en vouloir qu'a eux mêmes pour ne pas avoir su prendre à défaut une équipe très prenable. Entreprenante en première mi-temps, l'équipe nationale a bien débuté la partie en imposant son jeu devant une formation slovène athlétique mais a péché par inefficacité en dépit de la sérénité des coéquipiers de Ziani très, combatifs.
A mesure que les minutes s'égrenaient, les protégés de Rabah Saâdane ont commencé à prendre confiance monopolisant assez bien le ballon. Bien organisé en défense avec la tour de contrôle, Bougherra et Halliche qui veillaient au grain, l'équipe d'Algérie a amorcé plusieurs offensives, sans pour autant que le ballon n'atteigne la ligne du but. 
Au milieu de terrain, Yebda et Lacen ont constitué un rempart infranchissable pour les Slovènes, lesquels ont perdu plusieurs duels face à un duo qui s'entendait bien sur le terrain.
A la relance, Ziani et Kadir ont pu alimenter les deux fers de lance Matmour et Djebbour lesquels ont contraint les défenseurs adverses à se replier davantage. A ce rythme, les Verts auraient pu terminer la première mi-temps avec un score à leur avantage sans que cela ne soit une surprise.
L'équipe a maintenu la même cadence en seconde période, mais l'expulsion de Ghezzal, rentré à la place Djebbour, allait déstabiliser l'équipe et perturber le dispositif tactique mis en place par Saâdane.
Dès sa rentrée, Ghezzal a d'abord écopé d'un carton (68') avant de se faire expulser (72') après avoir contrôler le ballon avec la main. En infériorité numérique, le jeu de l'équipe nationale a commencé à perdre de sa verve, ce qui a permis aux Slovènes de monter davantage en attaque.
A la surprise générale, c'est sur un tir anodin de Koren (79') (rebond) que le gardien de but Fawzi Chaouchi, très maladroit sur l'action, encaisse un but providentiel pour des Slovènes qui avaient douté durant tout le match. Un but qui a coupé les jambes aux camarades de Ziani, lesquels méritaient amplement le partage des points voire la victoire au vu de leur prestation.