jeudi 3 juin 2010

Mondial 2010: inefficacité offensive, Ziani et Ghezzal confiants

L'inefficacité offensive et les carences défensives dont a fait preuve le onze national lors de ses quatre dernières rencontres, sanctionnées par autant d'échecs, ont suscité moult inquiétudes à quelques jours du début de la Coupe du Monde, notamment suite au dernier match amical contre l'Eire à Dublin (0-3). Mais paradoxalement, c'est un tout autre sentiment qui anime les joueurs et le staff technique, actuellement en stage à Herzogenaurach (30 km de Nuremberg) qui estiment unanimement que cette situation est passagère et que lors du Mondial les choses évolueront "inchallah" autrement.

Ghezzal: " Je suis sûr que cela va venir"
L'un des premiers visés par cette inefficacité, l'attaquant Abdelkader Ghezzal, muet devant les buts depuis la phase qualificative en Coupe du Monde et en Coupe d'Afrique, considère certes que cette situation est mal appréciée par les supporters algériens et il le comprend bien, mais précise t-il, il n'y a pas lieu de s'inquiéter, outre mesure, car cela va s'arranger".

Ghezzal indiquera que tous les joueurs font en sorte que les choses s'améliorent et qu'ils travaillent durement pour cela. "Je suis sûr que cela va venir, c'est une question de timing. Je suis convaincu que cela se fera en Coupe du Monde contre la Slovénie où il y aura une grosse motivation".
L'attaquant de Sienne qui ne se départit jamais de son optimisme et qui espère aussi débloquer son compteur-buts contre les Emirats Arabes Unis samedi prochain à Furth, reconnaît que son rôle d'attaquant est de marquer des buts mais qu'il n'est pas le seul pour cela. "Même mes coéquipiers de l'attaque ne réussissent pas beaucoup ces derniers temps alors qu'ils travaillent durement et qu'ils font tout leur possible pour trouver le chemin des filets".
"L'important, enchaîne t-il, est de fournir un bon travail offensif et qu'importe qui marque, l'essentiel est que l'attaque algérienne trouve des solutions".
Karim Ziani abonde dans le même sens, lorsqu'il évoque ce manque "offensif"
et les lacunes constatées ces dernières semaines tout en tentant de relativiser ce qui arrive à la sélection nationale. "Il ne faut pas oublier que nous avons rencontré de grandes équipes (Serbie et Eire) et que nous avons évolué très diminués, avec la succession de blessés. Je pense qu'il ne faut pas faire de jugement définitif sur les derniers matches où il y a eu beaucoup d'impondérables.
Lorsque vous enlevez 3 ou 4 joueurs essentiels dans une équipe, il est très difficile de les remplacer. Même les grandes équipes n'arrivent pas à surmonter cet handicap et pâtissent de ces absences". " De plus on n'est pas le Brésil" a ironisé le meneur de jeu des Verts. L'international algérien a rappelé que l'Algérie avait bien perdu contre le Malawi 3-0 en Coupe d'Afrique avant d'atteindre les demi finales après avoir éliminé la Côte d'Ivoire dans un match qui restera comme un des sommets de cette compétition.

Ziani: " Il faut nous faire confiance"
Pour Ziani la plus importante échéance, c'est le match contre la Slovénie et tout le monde fait en sorte d'être prêt pour le jour "J". Rassurant, il affirme que le stage se passe dans de très bonnes conditions et que les choses évoluent positivement puisque l'ensemble des blessés sont remis sur pied et qu'ils seront tous aptes à tenir leur place lors du Mondial sud africain, à moins d'un fâcheux contre temps qui peut arriver à n'importe quelle équipe.
Mais pour le petit lutin de Woflsburg que le coach national Rabah Saâdane est conscient des risques que peuvent engendrer de nouvelles blessures ou des rechutes et qu'il sait ce qu'il fait en temporisant et en prenant toutes les précautions nécessaires avant de remettre un joueur blessé dans le bain de la compétition.
Balayant tout signe d'inquiétude, Ziani a demandé à ce que les supporters algériens qui ont toujours été solidaires et fiers de leur équipe, ne perdent pas espoir. "Il faut nous faire confiance. On a montré de belles choses et on a démontré que lorsqu'il fallait être présents, on l'a été jusqu'au bout", lancera
t-il.
Il estime en outre que cette équipe est "très jeune" et que l'avenir de l'Algérie ne doit pas s'arrêter à ce mondial. La qualification aux prochaines Coupes du Monde ne doit pas être un évènement majeur car l'Algérie doit se qualifier à toutes les Coupes du Monde et rester toujours dans le haut du gotha mondial. APS