lundi 1 novembre 2010

MC Alger: Suspicion sur des créances dues à des dirigeants

Un chiffre — et pas n’importe lequel — est au centre d’une enquête des pouvoirs publics. Celui  figurant sur un document officiel du club de football du Mouloudia d’Alger qui concerne une créance astronomique de l’ordre de près de 5 milliards de centimes que le club aurait empruntée   à une tierce personne durant l’exercice 2009-2010 pour les besoins évidents de la gestion quotidienne de l’équipe. 

À la limite, jusque-là rien vraiment d’anormal, dans la mesure où cette dette est inscrite noir sur blanc dans la comptabilité officielle du club. Cependant, il y a tout de même un hic dans cette affaire, car à lire le document en question, dont Liberté détient une copie, cet argent a été prêté par un dirigeant du MCA… au MCA. Il s’agit en l’occurrence de l’homme fort du Mouloudia actuellement, Omar Ghrib, qui, sur la foi de ce document, a donc prêté au MCA près de 5 milliards de centimes (47 millions de dinars DA), pour être précis. Pis, selon une source proche du dossier, les services de compatibilité n’ont trouvé la trace d’aucun chèque prouvant cette créance, ce qui veut dire, en termes clairs, que cet argent est entré dans les caisses du club par la voie  parallèle, celle des coulisses. Pour reprendre une expression du jargon populaire, cet argent est arrivé dans la c’hkara, une pratique pourtant interdite par le code de commerce. Du coup, une question s’impose : comment compte M. Ghrib  récupérer son argent, puisque c’est lui qui l’a inscrit au registre des emprunts 2009-2010, au moment où il n’y a aucune trace de ce virement particulier ? D’ailleurs, d’autres dirigeants du MCA ont eux aussi prêté de l’argent à leur propre club, à savoir Longar Kamel (2 050 000 DA), Lagoun Ahmed (2 315 550 DA) et même le président  Amrous Sadek (30 091 DA). Oui, vous avez bien lu, Amrous réclame aujourd’hui approximativement trente mille dinars au MCA, une somme qu’il  aurait pu transformer en un simple don, n’est-ce pas ? Il faut noter que l’enquête des pouvoirs publics concerne la manière dont cet argent est arrivé dans les caisses du Doyen mais aussi sa provenance, dans la mesure où conformément à la loi, le prêteur doit justifier la provenance des liquidités. Affaire à suivre.
Par ailleurs, dans le document en question, on retrouve des créances multiples des joueurs (primes de signature). L’ensemble des dettes du MCA s’élèvent à plus de 16 milliards de centimes.
Source



www.DZinfos.com