lundi 1 novembre 2010

Mehdi Mostefa :`Fier pour mon Grand-Père `


En famille, et encore sous le coup de l’émotion, le capitaine des Crocodiles de Nîmes, Mehdi Mostefa vient d’avoir la confirmation par sa sœur, qu’il a été retenu par le sélectionneur algérien Abdelhak Benchikha pour la rencontre amicale du 17 novembre prochain entre les Fennecs et le Luxembourg. Détendu et volubile, Mehdi Mostefa délivre en exclusivité pour Footafrica365 ses premières impressions.

Mehdi, après l’annonce officielle de votre convocation pour le match Algérie-Luxembourg du 17 novembre, quelles sont vos premières pensées et émotions ?Je suis habité par un sentiment de grande fierté. C’est un motif de satisfaction personnelle et familiale. J’ai eu dû mal à y croire au début. J’ai reçu un coup de fil d’Algérie pour me l’annoncer, avec la friture sur la ligne, j’ai même fait répéter à mon interlocuteur. Dans la foulée, ma sœur a vérifié l’information sur le Net… Et c’était donc bien vrai ! C’est d’autant plus incroyable que je viens, aujourd’hui, de recevoir mes papiers d’identité algériens par courrier. Je pense particulièrement à mon grand-père, qui vit à Mazouna, près de Mostaganem. Je suis fier pour lui. L’année dernière, il avait même cru que j’avais été retenu pour le Mondial. Aujourd’hui, c’est fait…
Aviez-vous eu au téléphone le sélectionneur ou un membre du staff technique, avant la publication officielle de la liste des 22 joueurs convoqués ?Non, je suis comme vous, je viens de l’apprendre, il y a seulement 20 minutes. Je n’ai jamais reçu le moindre coup de fil. Je savais que mon nom circulait dans la presse algérienne. J’en ai même plaisanté dans les journaux en disant : « J’espère que Benchikha m’a déjà vu jouer ! »
Pensez-vous qu’il se soit renseigné auprès de votre actuel entraîneur et ancien sélectionneur des Fennecs, Jean-Michel Cavalli ? Elogieux à votre propos, Rafik Saïfi a-t-il joué un rôle dans votre arrivée ?Franchement, je ne sais pas. J’ai en tout cas beaucoup d’estime pour Jean-Michel Cavalli. Il est possible qu’il ait émis un avis positif. Quant à savoir que Saïfi est élogieux à mon égard, c’est très flatteur. J’ai été déçu de voir qu’il n’y avait pas pu avoir d’accord financier entre Nîmes et lui. Car croyez-moi, à l’entraînement, c’est du lourd ! Par ailleurs, Il y a aussi Raouf Zarabi, qui a joué par le passé, et avec qui je discute souvent de l’équipe d’Algérie. Je suis très heureux aussi de savoir que je vais retrouver Mehdi Lacen avec qui j’ai joué en National à Valence.
Sportivement, comme analysez-vous cette convocation dans la situation actuelle de l’équipe nationale d’Algérie ?C’est clairement une revue d’effectif dans la perspective du difficile match qui nous attend au mois de mars contre le Maroc. Bien évidemment, certains joueurs n’ont pas été retenus par méforme ou blessure. Pour ma part, je reste lucide. Cette convocation n’est pas une fin en soi. Je pense que l’entraîneur veut tester des joueurs. Et c’est pour cela que je me battrai pour essayer d’être rappelé, et ainsi faire partie de l’aventure. 
Avez-vous vu suivi les récentes performances des Fennecs, et que pensez-vous de la spirale négative que connaissent les Verts ?J’ai vu le dernier match contre la Centrafrique. Je suis aussi courant des résultats post-mondial. Je ne cherche pas d’excuses, mais il faut reconnaître que vu les conditions climatiques et extra-sportives le match en Centrafrique était compliqué à jouer. Encore une fois, il faut se concentrer sur Maroc.
Comme vous le savez, l’Algérie de Rabah Saâdane a très souvent évolué avec 3 défenseurs centraux car elle n’avait pas de latéral droit compétitif dans son effectif. Aujourd’hui, le schéma de jeu a changé. Pensez-vous avoir une carte à jouer ? Et êtes-vous réellement un latéral de métier ?Effectivement, je savais qu’il avait un manque à ce niveau là. J’étais au courant qu’Anthar avait dépanné à plusieurs reprises à ce poste, même si ce n’était pas ce qu’il préférait. Même si je suis milieu défensif de formation, j’évolue à ce poste depuis un an et demi. Jean-Michel Cavalli m’a repositionné sur le côté. Mais comme le week-end dernier, je peux bien évidemment jouer encore dans l’entrejeu. Plus globalement, je ne suis pas un spécialiste de la première heure, cependant j’ai des réelles aptitudes pour jouer comme latéral. Je crois que ma polyvalence est une force. Et je vais essayer de le démontrer. Source