mercredi 20 avril 2011

Le MC Alger risque des sanctions de la FIFA

Criblé déjà de dettes, le Mouloudia d'Alger risque d'être confronté une nouvelle fois à une situation très difficile. En effet le technicien Français Robert Nouzaret qui a engagé un procès contre le MCA vient d'avoir gain de cause.La justice a tranché en sa faveur, et le vieux club Algérois est sommé à lui payer la somme de 93000 Euro.
Faute de quoi la FIFA sera dans l'obligation de saisir la FAF et infliger des sanctions au MCA, qui risque même une défalcation de points.
Outre Nouzaret, un autre technicien Français à savoir Francois Bracci n'est pas prêt à renoncer à son argent et réclame à son tour la somme de 100000 Euro.
Ce montant faramineux pour un club comme le MCA se résume en prime du championnat, la prime de participation en ligue des champions et le reste de ses mensualités impayées.
Bracci qui a déjà saisi le Tribunal international des Sports (TAS) n'attend que le verdict pour passer en action et porter l'affaire devant la FIFA, pour faire valoir ses droits.
Si Bracci aura gain de cause à son tour, on pourra dire d'ores et déjà que le Mouloudia sera confronté à une situation très délicate, car la direction du club aura à payer pas moins de deux milliards de centimes pour Nouzaret et Bracci.
Cependant du côté du MCA on compte introduire un recours, pour l'affaire qui l'oppose à Nouzaret, tout en se montrant confiant pour le cas de Bracci.
Les dirigeants du MCA estiment que le club ne doit à Bracci que l6000 Euro, qu'il percevra dans les jours à venir. Les Mouloudéens doivent toutefois prendre toutes leur précautions et essayer de trouver une solutions au problème, car la FIFA, n'hésitera pas à sévir si Nouzaret ne sera pas payé dans les jours à venir, en attendant à ce que aboutira l'autre affaire qui oppose le MCA à Bracci. Dans une autre affaire, l'ancien président et actuel membre du conseil d'administration de la SSPA MCA, Sadek Amrous risque d'être emprisonné s'il ne règle pas le montant réclamé par l'ancien joueur du club, Fayçal Badji.
En effet, Amrous a été condamné par la Cour d'Alger de payer la somme de 280 millions à Badji, avant le 25 du mois en cours, à défaut de quoi, il fera l'objet d'une sanction judiciaire et une incarcération dans la maison d'arrêt.