mercredi 29 avril 2015

Groupe elsecom : Nouveau service de dépannage et de maintenance sur site

Profitant de la tenue du VUVI 2015 à Oran, la société Elsecom, spécialisée dans la commercialisation des véhicules industriels et  représentant la marque Daewoo (trucks et bus), a présenté, lors d’une cérémonie organisée lundi, son modèle de véhicule de dépannage et de maintenance sur site.

 Ce service, dénommé DAS pour Daewoo action service, sera lancé d’abord à l’ouest du pays où la société possède ses plus gros clients. «C’est parce que nous somme à l’écoute de nos clients et pour leur faciliter la tâche que nous avons initié ce projet, appelé par ailleurs à ce renforcer et à s’étendre aux autres régions du pays dans une prochaine étape», indique Ferhat Settouf, directeur général.

L’équipement en matériel et en outils des premiers véhicules de la DAS ont été confiés à une entreprise gérée par un artisan. «Pour nous, c’est aussi une manière de faire travailler des sous-traitants mais aussi d’inculquer le concept ‘chacun son métier’ car ce n’est pas nôtre rôle de tout faire», ajoute le même responsable, qui rassure ses clients en indiquant que la facturation supplémentaire ne concernera que les frais de déplacement.

Ce projet visant à créer un service qui évite aux entrepreneurs de déplacer leurs camions en cas de panne est motivé par le fait que le matériel est vendu pour des besoins de chantier et non de transport. Selon lui, Daewoo est classé n°2 en Algérie, mais il est premier  sur le segment construction.  «70% de nos ventes sont destinées aux chantiers donc vous imaginez aisément la charge de travail à laquelle sont soumis nos produits et les conditions difficiles vécues par nos clients», explique M. Settouf. Ce service inclut la fourniture des pièces de rechange d’origine, l’usage de lubrifiants adéquats et le suivi après-vente avec 3 ans de garantie. Et d’affirmer : «Nos produits ne présentent déjà pas de risque de sécurité.»

Dans l’entretien qu’il a eu avec la presse lors de cette cérémonie, Ferhat Settouf s’est aussi exprimé (la question était inévitable) sur les nouvelles dispositions concernant l’importation des véhicules en général et du matériel industriel ou utilitaire en particulier. «La décision est brutale, mais nous allons nous conformer à la loi», a-t-il d’abord indiqué avant d’estimer que deux parties ont été oubliées dans cette histoire : les clients d’un côté et le personnel  employé par les concessionnaires de l’autre.  Pour le premiers cas, ce sont les répercussions attendues en termes d’augmentation des prix et d’allongement des durées de livraison qui sont à redouter.

Le concessionnaire n’a pas voulu donner plus de précisions sur les nouvelles commandes qui risquent de rester en suspens avec la mise en application de la nouvelle loi. Concernant l’emploi, il se base sur les chiffres de sa propre entreprise qui, dit-il, emploie 120 personnes mais dispose de 15 agences disséminées à travers le territoire national et faisant travailler chacune 15 personnes en moyenne. «Nous ne sommes pas de vulgaires vendeurs, nous gérons de véritables entreprises avec une vision d’avenir qui tient compte de plusieurs paramètres, dont la formation à plusieurs métiers de l’automobile de beaucoup de jeunes», déplore M. Settouf en conclusion.