mardi 17 novembre 2015

Une édition sous les auspices de la crise

Le prochain Salon de l’automobile d’Oran (Autowest 1015) risque d’être pâle en raison de la crise dans les importations que connaît le marché des véhicules.

Si ce 2e plus grand salon, après celui d’Alger, aura bel et bien lieu, comme le confirment ses organisateurs, il sera caractérisé par le boycott de certaines concessions.

A un peu plus de trois semaines de cette manifestation, prévue au centre des Conventions d’Oran entre le 9 et le 19 décembre prochain, plusieurs concessionnaires seront absents à ce rendez-vous. Parmi les absents, le groupe Sovac avec ses cinq marques (Volkswagen, Audi, Skoda, Seat, et Porsche), Toyota, et Diamal (Opel et Chevrolet) qui ont annoncé le boycott de ce salon en raison de l’indisponibilité de véhicules à exposer. Mais également le groupe Elsecom, qui commercialise sept marques en Algérie.

Ford, Suzuki, Tata représentés sur le marché local par ce groupe ne participera pas à ce salon. Seule la marque Kia que commercialise le même groupe y prendra part, nous confirme une source de la concession. Parmi les marques qui seront présentes à ce salon organisé par Somex International, les trois marques françaises, Peugeot, Renault et Citroën et Hyundai ont, par ailleurs, confirmé leur participation.

Du côté des marques chinoises, seule Haima nous a confirmé sa participation. Le bocage que connaît l’importation de véhicules depuis des mois et qui a généré une rupture des stocks chez la plupart des représentants des marques en Algérie a contraint ces concessionnaires à faire l’impasse sur la prochaine édition du Salon d’Oran.

A vrai dire, le doute chez la plupart des concessionnaires quant à leur participation à ce salon s’était installé déjà depuis le mois de juin. A l’époque déjà, beaucoup d’entre eux avaient annoncé le boycott de cet événement.

La crise qui a frappé de plein fouet le secteur de l’automobile, marqué par le blocage des milliers de véhicules dans les ports et la chute vertigineuse des ventes avait contraint certains concessionnaires à annuler leur déplacement au Salon international de l’automobile de Frankfurt (Allemagne).   

Cela dit, les importations de véhicules continuent toujours de chuter. La facture des importations de véhicules s’est établie à 2,76 milliards de dollars sur les neuf premiers mois de l’année en cours, contre 4,03 milliards de dollars à la même période de 2014, soit une baisse de près d’un tiers (-31,5%), selon les dernières statistiques communiquées récemment par le Centre national des statistiques des Douanes (CNIS).

L’Algérie a importé en volume 232 935 véhicules contre 309 945 unités sur la même période en 2014 (-24,85%), une baisse importante par rapport à une année (2014). Le marché de l’automobile est en recul depuis l’année dernière. Cette tendance va encore se poursuivre, prédit d’ailleurs le premier responsable de l’Association algérienne des concessionnaires automobiles (AC2A).

Le ministre de l’Industrie et des Mines, qui s’exprimait il y a quelques jours sur les mesures d’encadrement de l’activité des concessionnaires, a estimé que celles-ci ont permis de diminuer le nombre de véhicules neufs importés de 100 000 unités et de réduire leur facture de 1,565 milliard de dollars durant les dix (10) premiers mois de 2015. Le ministre table ainsi sur une baisse des importations de 150 000 véhicules d’une valeur de 2 milliards de dollars au titre de l’année 2015.