mardi 12 janvier 2016

Importation : Vers une réduction de 50% des quotas

Le gouvernement compte réduire les importations de 50% en 2016, avec l’entrée en vigueur des licences d’importation.

Un courrier dont ont été destinataires les concessionnaires automobiles de la part du ministère de l’Industrie et des Mines stipule que «tout concessionnaire remplissant les conditions conformes à la réglementation en vigueur peut introduire une demande de licence d’importation sur la base de 50% des flux courants de ses importations des années précédentes, corrélés au respect du cahier des charges (…) ainsi que sa situation fiscale». 

La facture des importations des véhicules a baissé en 2015 de 2,559 milliards de dollars et de 140 000 unités par rapport à 2014 ; en 2014, elle s’était établie à 6,34 milliards de dollars avec 439 637 unités importées.

En 2015, cette facture s’est établie à 3,781 milliards de dollars, soit une baisse de 40,3% par rapport à 2014, tandis que le nombre de véhicules importés a baissé de l’ordre de 32%. Des résultats que commentait, il y a une semaine, le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb, comme étant «les premiers effets de la mise en œuvre du nouveau cahier des charges des concessionnaires».

Ainsi, pour 2016, selon M. Bouchouareb, «toutes les livraisons de véhicules effectuées à partir du 1er janvier 2016 sont automatiquement déduites des quantités autorisées par les quotas de 2016 au titre de ce dispositif», anticipant les éventuelles commandes effectuées avant le 1er janvier.
Dans le même registre, le ministre avait déclaré récemment que «le calcul des quotas de véhicules sur l’année 2016 se fait à partir du 1er janvier en cours» et de préciser «que tout véhicule importé en janvier 2016 n’entre pas dans le quota».

Il convient de signaler que l’importation des véhicules est momentanément suspendue suite à une instruction transmises aux banques, la semaine dernière, par l’Association professionnelle des banques et établissements financiers (ABEF), demandant de suspendre les domiciliations des produits soumis à la licence.