jeudi 19 janvier 2017

CAN 2017 : Algérie 1 – 2 Tunisie, les Verts n’ont plus leur destin en main

Nouvelle désillusion pour la sélection nationale de football. Après leur premier faux pas enregistré, dimanche dernier, face au Zimbabwe (2-2), les Verts se sont inclinés face au Tunisiens (1-2), jeudi à Franceville (Gabon), en match comptant pour la 2e journée du groupe B de la CAN 2017.

A Franceville, la sélection nationale a connu un naufrage collectif, face à une équipe de Tunisie loin d’être un foudre de guerre. Et pourtant, les Verts ont débuté le match tambour battant en se procurant deux occasions nettes de scorer, durant le premier quart d’heure, par Slimani, de la tête (6’), et Guedioura, sur un tir surpuissant, néanmoins, à chaque fois le portier tunisien, Aymen Mathlouthi, sortait le grand jeu pour sauver sa cage.

Laissant passer la tempête, les Tunisiens ont commencé à développer leur jeu en se montrant de plus en plus dangereux, notamment par El khezri. Les protégés de Henryk Kasperczak ont su mettre à contributions les nombreuses balles perdues en milieu du terrain, particulièrement par Guedioura, pour assoir leur suprématie et tenter de prendre l’ascendant.

En dépit des nombreuses occasions, de part et d’autre, la première mi-temps s’est achevée sur un score blanc (0-0).

La défense, l’eternel maillon faible   

Une fois de plus, l’Algérie a été trahie par sa défense. Cinq minutes après le retour des vestiaires, la Tunisie est parvenue à prendre l’avantage suite à un but contre son camp de Mandi (50’). Voulant dégager en corner, un centre venu de la droite, l’infortuné capitaine des Fennecs a détourné le ballon dans ses propres filets.

Assommés par ce fait de jeu, les Algériens ont reçu un autre coup d’assommoir suite à la bourde monumentale de Ghoulam à la 64e minute. Hors du coup durant la totalité de la partie, alors qu’il était incertain, le défenseur de Naples a commis une erreur de débutant en voulant redonner le ballon de la tête alors que Asselah était à plus de 30 mètres. Placé en embuscade, Akaishi a chipé le ballon à Ghoulam et s’en est allé droit vers le but algérien. Dans un dernier geste de désespoir, en voulant stopper l’attaquant adverse, Ghoulam a eu la mauvaise idée de le bousculer dans la surface de vérité.

Sans la moindre hésitation, l’arbitre de la rencontre, le seychellois Bernard Camille, a signifié le point de pénalty, alors que Sliti s’est chargé d’exécuter la sentence.  

Les changements inexpliqués de Leekens

Menés par 2 buts à 0, la réaction attendue des joueurs algériens n’a pas eu lieu. Alors que les Verts avaient du mal à se relancer, l’entraineur national, Georges Leekens, a opéré des changements hasardeux et inexpliqués, en faisant sortir deux joueurs clés dans l’animation du jeu de la sélection nationale.   

Le technicien Belge a tout d’abord fait sortir Ghezzal pour faire rentrer Bounedjah (69’). Moins de cinq minutes plus tard, Leekens a décidé d’intégrer Hanni à la place de Brahimi, l’un des Algériens les plus en vue dans ce match, alors que Slimani, très effacé en seconde période, a été le plus à même de céder sa place. Le pensionnaire du FC Porto n’a d’ailleurs pas apprécié cela et il l’a fait s’avoir sur la main courante.

Pour terminer, le patron des Verts a remplacé Guedioura par Abeid à la 92e minute, un changement qui devait intervenir plus tôt dans le match au vue de la prestation globale du joueur de Watford.

Juste avant de quitter le rectangle vert, Guedioura a délivré une passe décisive pour Hanni qui a réussi à réduire l’écart à la 91e minute.

La Tunisie se relance, l’Algérie dos au mur

Grâce à ce succès, la Tunisie réalise un joli coup double. Les Aigles de Carthage confirment qu’ils sont véritablement la bête noire de l’Algérie et se relancent dans la  course à la qualification pour les quarts de finale.

De leur côté, les Algériens n’ont plus leur destin entre leur main. Dos au mur, les camardes de Bensebaini doivent impérativement s’imposer face au Sénégal, lors de la dernière sortie prévue lundi prochain (20h00), mais également attendre le résultat de l’autre match qui mettra aux prises la Tunisie au Zimbabwe.

C’est dire que la qualification de l’Algérie au prochain tour relève du miracle.

Let's block ads! (Why?)