lundi 23 janvier 2017

CAN 2017 : Algérie – Tunisie ce jeudi, le derby du quitte ou double

Le derby maghrébin, Algérie – Tunisie, prévu jeudi (17h00) pour le compte la 2e journée (groupe B) de la CAN 2017, s’annonce décisif à plus d’un titre. Après la première sortie ratée des deux voisins nord-africains, chacune des deux équipes est appelées à se ressaisir dans un match où seule la victoire compte.

Après la douche froide subie suite au décevant match nul (2-2), concédé dimanche dernier face au Zimbabwe, l’heure est à la quête de la rédemption pour le onze national.  

Une réhabilitation qui passe forcément par une victoire face à la Tunisie, deuxième adversaire des Verts dans cette 31e édition de la CAN.

"Après le match nul concédé face au Zimbabwe, nous sommes dans l’obligation de réagir face à la Tunisie. Les joueurs sont prêts à tout donner pour gagner et se relancer dans cette CAN. Cette rencontre aura un caractère derby et va se jouer sur de petits détails", a indiqué mercredi le coach national, Georges Leekens, lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant match.

Même son de cloche du côté de Adlène Guedioura, "Il s’agit d’un match capital  qu’il faudra gagner. Le match nul concédé face au Zimbabwe doit nous pousser à se transcender et éviter un deuxième échec qui serait fatal", a déclaré le milieu de terrain de Watford.

"C’est un derby maghrébin, et dans ce genre de match on doit être plus présents. On doit éviter de se focaliser sur l’adversaire. Nous avons une rencontre à gagner pour relancer nos chances pour la qualification, et on fera tout pour y parvenir ", a-t-il ajouté.

De son côté, l’entraineur de la Tunisie, Henryk Kasperczak, reconnait la gravité de la situation et ne jure que par la victorie. "Au vu des résultats de la première journée, les deux équipes sont en difficulté. Nous sommes dos au mur d’autant qu’une deuxième défaite serait fatale pour nous. Nous devons absolument réagir et cela passera par une victoire et rien d’autre", a fait savoir lors d’un point de presse le technicien franco-polonais.

L’hécatombe continue

Côté effectif, des changements sont en vue pour cette seconde sortie dans le tournoi. Après Soudani et M’bolhi, l’infirmerie des Verts vient d’accueillir un nouveau pensionnaire en la personne de Faouzi   Ghoulam.

Le latéral gauche des Verts n’a pas pu aller au bout de la dernière séance d’entrainement, qui s'est déroulée mercredi après-midi au stade de Moanda. Ressentant des douleurs à la cuisse, le joueur de Naples a dû quitter prématurément ses coéquipiers.

Dans le cas où l’indisponibilité de ce dernier venait à être confirmée, Georges Leekens fera appel à Djemel Mesbah pour palier à cette défection, de même pour M’bolhi qui sera remplacé par Asselah.

Concernant l’attaquant de Dynamo de Zagreb, Leekens aura le choix pour suppléer à cette absence en incorporant Hanni ou bien Ghezzal. Toutefois, tout porte à croire que c’est le pensionnaire de l’Olympique Lyonnais, c'est-à-dire Ghezzal, qui se verra confier cette tâche.

Des changements en vue

Si le remplacement des trois infortunés s’impose de lui-même, les autres changements sont dictés par la prestation, plus que décevante, de ceux qui vont s’installer sur le banc.

Ainsi, au nom de Soudani, M’bolhi et Ghoulam s’ajoute celui de Belkhiter et de Guedioura. Ces deux là ont énormément déçu face au Zimbabwe et devront céder leurs places, selon toute vraisemblance, à Meftah et Abeid.

Pour ce qui est du reste de l’effectif, le sélectionneur national devrait reconduire les mêmes joueurs, surtout ceux qui ont donné satisfaction face aux Warriors, à l’image de Mahrez ou encore le défenseur Bensebaini dont c’était la première titularisation en match officiel.  

La Tunisie, une vieille connaissance

La Tunisie est une vielle connaissance de l’Algérie, mais pas que. Effectivement, l’actuel patron des Verts connait très bien la sélection tunisienne pour l’avoir drivée entre mars 2014 et juin 2015 avec à la clé un quart de finale lors de la CAN 2015 et une élimination, plus que douteuse, face à la Guinée-Equatoriale, pays hôte du tournoi.

"Je connais bien la Tunisie. C’est avec un plaisir que je vais retrouver mes anciens joueurs, c’est un match spécial pour moi. Maintenant, ce qui m’intéresse le plus c’est mon équipe et la nécessité de l’emporter jeudi sans se soucier de l’adversaire", a assuré le coach des Verts.

"La Tunisie reste une très bonne équipe, elle a démontré sa valeur face au Sénégal en dépit de la défaite. Elle est bien préparée sur le plan physique, en témoigne la seconde période jouée lors de son premier match", a-t-il prévenu.

De la revanche dans l’air

Le premier match entre les deux pays remonte à décembre 1963, en amical, depuis ce temps là Algériens et Tunisiens se sont retrouvés à 43 autres reprises en amical et 21 fois en matchs officiels où la Tunisie mène par 8 victoires à 6.     

Outre l’importance cruciale de ce match pour la suite des évènements de la CAN 2017, cette nouvelle confrontation Algéro-tunisienne s’inscrit sous le signe de la revanche pour les Fennecs. En effet, les Algériens se présenteront sur la pelouse du stade de Franceville avec l’intention de mettre fin au signe indien car cela fait presque 20 ans, à quelques mois près, que l’Algérie n’a pas réussi à gagner face à la Tunisie.

Les Aigles de Carthage restent sur trois victoires de suite, dont la dernière remonte à la CAN 2013 (en Afrique du Sud). De son coté, le dernier succès des Algériens face à cet adversaire remonte au mois de mars 1987 où les Verts s’étaient imposés sur le score de 1 but à 0, lors des qualifications de la CAN 1988, sur une réalisation de Madjer.

Il est donc grand temps pour cette nouvelle génération d’écrire une nouvelle page dans l’histoire footballistique commune des deux nations avec, bien évidemment, un succès pour l’Algérie qui lui permettra de rebondir dans ce rendez-vous africain et, par la même occasion, préparer son 3e match face au Sénégal avec beaucoup de sérénité et d’optimisme.       

Concernant le volet de l’arbitrage, le référé seychellois, Bernard Camille, a été désigné pour officier ce derby. Il sera assisté d'Abel Baba (Nigeria) et de Mohamed Abdellah Ibrahim (Soudan).

Mohamed Kermia

Let's block ads! (Why?)