mardi 30 janvier 2018

Said Allik "intéressé" par la présidence de la LFP

Le président du club sportif amateur de l'USM Alger Said Allik s'est dit "intéressé" par le poste de président de la Ligue de football professionnel (LFP), en remplacement de Mahfoud Kerbadj, dont la délégation de gestion des championnats a été retirée par la fédération algérienne (FAF).

"Je suis intéressé par ce poste, mais cela doit se faire selon des mécanismes précis. Je suis président du CSA de l'USMA, et mon club doit me mandater pour présenter ma candidature", a affirmé à l'APS Said Allik.

L'instance fédérale a annoncé le 21 janvier dernier sa décision de retirer la délégation de gestion des championnats professionnels au conseil d'administration de la LFP "avec  effet immédiat", conformément à l’article 20 de la convention qui lie la FAF et la LFP depuis juillet 2011.

Un directoire avait été installé le lundi 22 janvier par le président de la FAF. Il est composé d'Amar Bahloul et Larbi Oumamar, membres du Bureau fédéral, et Ali Malek président de la Ligue nationale du football amateur (LNFA). 

L'assemblée générale ordinaire (AGO) de la LFP se tiendra durant la première quinzaine du mois de mars prochain, et sera suivie un mois plus tard par l'assemblée élective.

"Je me suis déjà intéressé au poste de président de la FAF (lors des élections de mars 2017, ndlr), mais l'USMA a préféré présenter un autre candidat. J'ai quand même une certaine réputation à défendre, et je ne veux pas paraitre en tant qu'un demandeur d'emploi", a ajouté Allik, qui avait également présidé l'USMA pendant plusieurs années avant de céder le pouvoir à Ali Haddad en 2010.

Appelé à commenter les derniers évènements survenus au niveau de la scène footballistique nationale, Allik a estimé que la dernière décision de la FAF "n'aurait jamais lieu d'être en cette période de la saison".

"Ce n'est guère le moment de retirer la délégation de gestion des compétitions de la LFP, le football national n'a pas besoin d'être secoué de la sorte alors qu'il traverse déjà une période difficile. L'idéal était de procéder à des changements juste après le départ de l'ancien président de la FAF (Mohamed Raouraoua, en mars 2017, ndlr) ou bien attendre la fin de la saison en cours", a-t-il souligné. 

Elu en juillet 2011 à la tête de la LFP, Mahfoud Kerbadj a quitté l’instance chargée de la gestion de la compétition professionnelle alors que son mandat courait encore jusqu’en 2019.  

                 

Let's block ads! (Why?)